Aller en soirée et ne pas boire d’alcool, c’est possible ?

Être le seul ou la seule à rester sobre deviendra peut-être la nouvelle tendance en soirée – si ce n’est pas déjà le cas. Depuis quelques années, les concepts de sober clubbing se multiplient à travers l’Union européenne.

pexels

En France, Sam permet aux jeunes de prévenir les risques d’alcool au volant. Mais dans d’autres pays européens, tout le monde devient Sam le temps d’une soirée. En Écosse, la méthode du sober clubbing se développe de plus en plus. Le concept est simple à Glasgow : faire la fête sans boire de boissons alcoolisées.

A la place, les organisateurs de ces soirées proposent des buffets à volonté de fruits frais. Mais, ces liquides sont aussi à consommer avec modération. Le sucre peut s’avérer être aussi mauvais pour la santé selon une étude publiée par 60 millions de consommateurs, le 12 juillet dernier.

Mais d’où vient cette idée ?

Ceux qui ne boivent pas d’alcool en soirée sont surnommés les abstèmes. Un phénomène qui a d’abord fait surface en Suède en 2014. Le précurseur de ce mouvement à Stockholm est Marten Andersson. Il a créé un événement appelé Sober, sobre en anglais. Dès l’entrée de la boîte de nuit, les amateurs de soirée doivent passer un éthylotest. Si le chiffre dépasse le 0 g d’alcool, ils ne peuvent pas rentrer.

Radical mais efficace pour passer une soirée alcohol-free.

Aux origines, il y avait le Straight Edge

Mais, en réalité, ce mouvement a vu le jour pour la toute première fois dans les années 80. Appelé le Straight Edge, il regroupait des fans de musique hardcore qui avaient juré de s’abstenir de toutes substances – l’alcool, les drogues et les produits à base de tabac y compris.

Un concept qui a été inspiré par la chanson du groupe Minor Threat, « Straight Edge ». On vous laisse écouter les paroles :

 

Ils expliquent qu’ils ont mieux à faire que de « se retourner la tête » et de « s’évanouir à des concerts ».

Et en France ?

A l’exception de quelques groupes Facebook ou Meetup sur le sujet, rien de bien sérieux n’est encore développé. A croire que les Français aiment vraiment boire. Mais, une étude publiée en février dernier indiquait le contraire. Selon elle, les adolescentes consomment de moins en moins d’alcool. Et ce, depuis plusieurs années.

Pourquoi ce chiffre diminue-t-il ? Peut-être parce que les jeunes ont plus conscience des dangers qu’avant. L’année dernière, Santé Publique France recommandait de se limiter à 10 verres par semaine maximum. Puis, aujourd’hui, certains d’entre eux osent dire qu’ils n’aiment pas ça, que ce soit à cause du goût ou de la perte de contrôle.

Marie Boetti

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *