Charles Templon, la comédie dans la peau

Charles Templon voit le jour le 26 décembre 1986, la comédie il l’a sûrement gravé en lui. Aujourd’hui à 31 ans il ne cesse de s’épanouir dans son métier avec un beau projet pour 2018.

Charles Templon : jouer une passion, son métier. Crédit photo : Romain Rigal

C’est à seulement 14 ans que Charles Templon commence sa carrière de comédien. À 18 ans il décroche son premier grand rôle au cinéma pour «  Mr Ibrahim et les fleurs du Coran » de François Dupeyron. Le jeune prodige a la comédie peau depuis tout petit… depuis sa naissance même. Une envie de jouer qu’il ne peut pas expliquer. Elle est ancrée en lui : « il n’y a pas un élément déclencheur, il n’y a pas un spectacle où je me suis dit que je voulais faire ça. C’est en moi vraiment, tout petit j’emmerdais tout le monde pour faire des spectacles tous les week-ends. Aujourd’hui c’est devenu mon fond de commerce, ma passion, mon métier » explique Charles. Pour lui c’était une évidence. Sa vie allait être un jeu de rôles, un spectacle, une scène de tournage entourée de caméras. « C’était ce que j’avais envie de faire et surtout la seule chose que je savais et que je pouvais faire. Après il y a d’autres choses qui sont arrivées dans le processus de création, d’autres aspects auxquels je me suis intéressé », raconte Charles.

Les années Foudre

À 21 ans, Charles devient le héros romantique de la série « Foudre » diffusé sur KD2A sur France 2 de juillet 2007 à 2010. « Il y a eu cinq saisons, moi j’en ai fait quatre. J’ai arrêté à l’avant dernière et je suis revenu à la dernière ». Alex meurt, pour laisser à son interprète le choix de faire autre chose, de s’épanouir dans d’autres rôles et d’autres expériences que le jeu de comédien peut offrir.  « J’ai participé à l’écriture du scénario avec les réalisateurs et c’est devenu de plus en plus intéressant. Je ne voulais plus partir, on me laissait une grande liberté. Mais une fois que j’avais fait le tour de mon personnage et qu’on l’avait fait mourir, je me suis dit que voilà c’était bien je l’avais fait évoluer comme je le voulais. Ce personnage m’a beaucoup apporté et le plateau m’a appris plein de choses ».

Quatre années qui laisseront une image d’acteur à la fibre romantique. Si le public oublie, les réalisateurs et les producteurs eux ont du mal à tourner la page. Mais Charles réussit à faire ses preuves et montre rapidement qu’il est capable d’incarner d’autres rôles et de créer sa propre compagnie de théâtre. « C’est vrai que de reprendre le théâtre, de devenir metteur en scène, monter ma compagnie m’ont permis de m’épanouir différemment. Aujourd’hui les gens du métier me voient comme quelqu’un de romantique mais ils ont oublié le rôle d’Alex de Foudre. »

 

L’amour du collectif

 Cinéma ou théâtre pour Charles, il est impossible de choisir. C’est un véritable passionné ce qu’il veut c’est jouer… mais pas jouer pour jouer, jouer ce qu’il aime. L’écran, la scène représentent le même métier. Pourtant les rapports au public sur scène sont totalement différents. «  Au cinéma le public se cache très très loin derrière la caméra, il nous verra que plus tard. Alors qu’au théâtre le public se tient à quelque mètre de nous. C’est immédiat. J’ai envie de dire que tu n’as pas vraiment le droit à l’erreur. C’est beaucoup plus excitant pour ma part le plateau, tu entends les réactions du public dans l’instant, tu es avec eux. Il y a une espèce d’osmose tous les soirs, les énergies ne sont pas les mêmes. »

Ce qu’il adore c’est aussi ce lien du collectif comme dans une équipe de sport, l’amour qu’une troupe peut apporter et le soutien d’une famille qui se réunit autour d’un repas. « Retrouver sa troupe le soir, son collectif est quelque chose de galvanisant », s’enthousiasme le jeune comédien. «  On avance ensemble, on stresse ensemble, on a le tract ensemble, on vit la première et la dernière ensemble. »

Il confie : « Depuis plusieurs années je travaille avec des troupes, je ne suis jamais tout seul. J’aime retrouver mes régisseurs, mes collègues comédiens, j’adore ça. » Mais l’acteur insiste. Pour le moment il veut continuer les deux, le cinéma et le théâtre. « Je n’ai pas envie de me cantonner à l’un des deux ».

 Charles, le metteur en scène

2015, l’année de création et d’inspiration pour l’acteur qui écrit son court-métrage. Une année pour lui importante pour réussir à réaliser son propre film. Mais la vie réserve parfois des surprises… « On m’a proposé de mettre en scène un spectacle en même temps que je montais ma compagnie. Au départ je ne montais pas ma compagnie pour mettre en scène et finalement j’ai mis en scène ce spectacle dans ma compagnie ».

Puis les propositions se sont enchaînées. Il a accepté de mettre en scène « Les escargots ». Une expérience excitante pour Charles : « c’était un véritable défi, on avait besoin de moi pour la scénographie pour les liens des sketchs ». La mise en scène, arrivée comme par hasard dans sa vie de comédien lui est maintenant indispensable. « Je mets mon grain de sel partout, dans la scénographie, la création de la musique et le choix des costumes. Je m’occupe des costumes à chaque fois ! C’est très complexe, je dois ensuite lâcher le bébé. Maintenant la création et la mise en scène sont vitales, il y a vraiment quelque chose de nécessaire pour moi ».

Mais pour lui hors de question d’arrêter de jouer et de renoncer à ses jours de « repos » … « quand je joue il y a des moments où j’ai l’impression que c’est les vacances. On va me détester que je puisse dire ça (rire). Mais j’adore me laisser diriger, qu’on m’amène vers des choses que je ne pourrais pas faire tout seul »

2018, le début d’une belle année

L’écriture, c’est toujours dans ses projets et il espère bien réaliser son court métrage ! « Il faut juste que je réussisse à gérer mon temps ». Le beau brun, a également un grand projet au théâtre avec la merveilleuse Cristiana Reali. « C’est un texte sublime et inédit écrit pour le théâtre de Véronique Olmi. Je serai aux côtés d’un autre comédien que l’on adore, à Avignon et au théâtre de la Pépinière l’année prochaine. Je n’en dis pas plus pour l’instant. »

Un spectacle que la rédaction de PressEyes est impatiente de découvrir !!

Jeanne, le dernier spectacle de Charles Templon qui clôture  son année 2017.

Mathilde Dandeu 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *