Quatre documentaires pour découvrir la Terre sous un nouveau jour…

Il suffit parfois d’une heure trente pour redécouvrir le monde qui nous entoure. Ces long-métrages sélectionnés avec attention sont l’incarnation de cette idée. En l’espace de quelques minutes – et même de quelques secondes – la planète bleue vous semblera complètement changée.

Pixabay / qimono

La situation se détériore, et ce depuis des dizaines d’années. Les étés se réchauffent et les hivers refroidissent. Le changement climatique n’est plus une théorie qui reste à prouver aujourd’hui. Alors que la pollution tue plus de 7 millions de personnes chaque année selon l’OMS, les pays développés n’atteignent pas l’objectif des 100 milliards de dollars par an pour aider les pays en développement à lutter contre la hausse des températures, comme le rappelle l’ONG Oxfam.

Mais parfois, ces chiffres ne suffisent pas pour encourager une prise de conscience. Voilà pourquoi des documentaires traitant de la nature et de ses défis émergent de plus en plus. En voici une petite sélection :

Before the Flood (Avant le Déluge)

Ce documentaire retrace les voyages de Leonardo DiCaprio alors qu’il témoigne des effets dévastateurs du changement climatique et qu’il découvre les initiatives qui permettent de le combattre. Présenté par la chaîne de télévision National Geographic, « Before the Flood » alertait déjà sur la fragilité de la planète sur laquelle nous vivons en octobre 2016.

L’aventure commence à New York, à l’occasion du Climate Leaders Summit de 2014, alors que l’acteur originaire de Los Angeles vient de recevoir le titre de Messager de la paix pour le climat. Ce dernier échange avec l’ancien secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-Moon. Il se rend à Alberta, au Canada, pour examiner l’état de la production des énergies fossiles et se dirige également vers le nord du cercle polaire afin d’assister au recul des glaciers.

L’objectif est de rencontrer les principaux acteurs de la crise du climat, comme le maire de Miami Philip Levine, le fondateur de l’Institut des affaires publiques et environnementales en Chine Ma Jun, le président de la république insulaire Kiribati Anote Tong, mais aussi le secrétaire d’État John Kerry, Barack Obama et le Pape François.

 

Le documentaire dénonce les pratiques de la politique politicienne (du lobbying) et cherche à sensibiliser sur les conséquences directes des activités humaines. Aux Bahamas par exemple, Leonardo DiCaprio se rend compte que la moitié des coraux ont disparu en l’espace de 30 ans.

Un nouveau jour sur Terre

Dès les premières images, ce long-métrage sorti en septembre vous plonge au cœur de la biodiversité qui peuple la Terre. Réalisé par Peter Webber et Richard Dale, il décrit le rythme continuel des divers êtres vivants participant à l’équilibre de la nature avec un grand N. Ici, les humains ne possèdent pas d’empreinte. Le but de « Un nouveau jour sur Terre » est d’admirer la planète telle qu’elle était avant l’industrialisation de la société, bien que le film se déroule au cours de ces dernières années.

Ce sont les merveilles du globe qui assurent la sensibilisation. Pour cela, le comédien français Lambert Wilson prête sa voix aux différents animaux évoqués dans le documentaire. Le principe étant d’observer comment ils agissent et interagissent du lever jusqu’au coucher du soleil, en passant par la lenteur du paresseux, l’éphémérité de certains insectes et la résilience des manchots à jugulaire résidant sur l’île de Zavodovski, dans l’océan Atlantique.

 

« Chaque espèce animale, chaque plante et chaque être humain réagit à la lumière et à l’obscurité – à l’apparition et à la disparition du soleil », explique le producteur Neil Nightingale. Finalement, il est bien là le lien qui s’établit entre ce qui est animal et humain. Le rythme de vie n’est pas si différent. Il faut seulement plus de moyens techniques pour le capturer, soit des centaines de vols de drones, de nombreux techniciens et 60 téraoctets.

Nés en Chine

Cette production de Disney Nature, diffusée l’été dernier sur grand écran, vous emmène dans l’habitat naturel de pandas, de singes dorés et de panthères des neiges, à travers les plaines et les reliefs de la Chine. Avec la voix de Claire Keim et la réalisation de Lu Chuan, « Nés en Chine » permet encore une fois de découvrir des espèces de très près. Une beauté qui ne peut qu’alerter le spectateur.

Dans ce documentaire, les équipes du tournage se rendent dans des endroits reculés de l’Asie : d’abord au sein de la réserve naturelle de Wolong, dans la province de Sichuan, pour admirer le quotidien de Ya Ya et son bébé Mei Mei, puis dans la réserve de Shennongjia, dans la province de Hubei, afin d’observer les conditions rudes dans lesquelles évolue un jeune singe doré nommé Tao et enfin au nord-est du plateau tibétain, à 5 000 mètres d’attitude, dans le but d’assister à la survie de Dawa, une panthère des neiges qui cherche à protéger ses deux petits.

 

OGM, mensonges et vérités

Diffusé sur Arte en 2016, ce documentaire est en réalité une enquête menée par le réalisateur Frédéric Castaignède sur les organismes génétiquement modifiés. Sa mission consiste à démêler le vrai du faux face aux productions visuelles biaisées communiquant sur ces OGM. Pour cela, il évoque l’évolution de son utilisation, tout particulièrement depuis les années 90, et aborde un constat sans appel : 90% des récoltes de soja, de coton et de maïs sont transgéniques aux États-Unis. De quoi vous dégoûter des légumes produits en dehors du sol français. Sans oublier que le transport de ces produits participe aux émissions de gaz à effet de serre.

« OGM, mensonges et vérités » ne prend pas de détour. Il ouvre sur Monsanto, la multinationale à l’origine du RoundUp, et plus spécifiquement du glyphosate. Il révèle les stratégies qu’elle adopte pour installer son pouvoir, comme le fait de poursuivre en justice les scientifiques qui réalisent des études poussées sur les pesticides ou les herbicides.

Il aborde aussi la fabrication du riz doré, qui correspond à un riz originaire d’Indonésie dans lequel est injecté des gênes de pro-vitamine A censé améliorer les apports nutritionnels, et met en lumière les pratiques autour des insectes et des animaux génétiquement modifiés.

Marie Boetti

A LIRE AUSSI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *