Comment se fête la Journée des Femmes dans le monde ?

En cette journée « des » femmes et non « de la » femme, l’équipe de PressEyes a réuni plusieurs sujets dans un même dossier, entre la naissance de cette journée et celles qui la portent toute l’année. Un dossier pour les amazones, les muses, les révolutionnaires, et bien d’autres …

La Journée Internationale des Femmes émane des Nations Unies, il y a de ça 40 ans. Une journée pour obtenir l’égalité entre les sexes, pour combattre les injustices et demander des changements. En France, il s’agit de faire grève, de donner aux associations ou de porter un ruban blanc. Mais, comment célèbre-t-on cette journée dans les autres pays ?

Flickr © Shaun Dawson, Equality For All

Aux Etats-Unis

L’une des premières journées en hommage aux femmes fut organisée sur la terre de l’Oncle Sam. Et ce, par le Parti socialiste américain le 28 février 1909. Aujourd’hui, cette journée sera plutôt tournée vers le mouvement Time’s Up, donc pas seulement dans l’industrie du cinéma. Ce sera une occasion de « balancer son porc » ou de dénoncer le harcèlement sexuel et au travail. Cette année, elle sera pus tendue qu’auparavant.

Le thème de l’édition 2018 est « l’heure est venue : les activistes rurales et urbaines transforment la vie des femmes ».

 

En Europe

L’Union européenne profite de cette journée pour rappeler les avancées, faire le bilan et sensibiliser. L’année dernière, le président du Parlement européen, Antonio Tajani, avait partagé ses projets dans un communiqué : « Le Parlement apporte son soutien à la proposition de directive de la Commission sur une plus grande présence des femmes dans les conseils d’administration. En ce qui concerne le congé maternité, le Parlement veut aussi une législation européenne qui dépasse les rôles traditionnels et la répartition injuste des tâches » .

En Amérique Latine

Les pays d’Amérique Latine et des Caraïbes se sont engagés auprès d’ONU Femmes, en ratifiant la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes. En 2017, les citoyens ont décidé de faire plus, en défilant dans les rues. Ils se sont joints à la grève en soutien à des mouvements comme Ni Una Menos (Pas une de moins). Une mobilisation contre les féminicides, courants en Amérique Centrale.  Le Salvador remporte la première place dans ce domaine, avec plus de 500 tuées en 2016. A tel point que le terme est rentré dans le Code Pénal de certaines régions.

Au Canada

Pour le Gouvernement de Justin Trudeau, féminisme rime avec diversité. Cette année, le thème est tourné vers le hashtag #MonFéminisme. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les femmes n’ont pas tant de pouvoir que ça au Canada. Elles n’occupent que 21.6% des sièges aux conseils d’administration des plus grandes entreprises du pays. En politique, elles comptent seulement 26% d’élues. Pour combattre les inégalités, les Canadiens peuvent participer à un événement, imprimer l’affiche ci-dessous, la partager sur les réseaux sociaux, encourager les hommes à prendre la parole, …

Capture écran http://www.swc-cfc.gc.ca

En Asie

Bijoux, cosmétiques, vêtements, … Tout y passe le 8 mars. Les pays d’Asie, comme la Chine, multiplient les promotions. Les médias et les réseaux sociaux ignorent les droits des femmes. Alors qu’ils ne sont pas entièrement respectés. Certaines lois leur permettent de prendre des congés durant leurs règles. Au Japon, elles obtiennent deux jours pour « se reposer ». En Corée du Sud, cette pratique est très mal vue par les hommes.

Selon un rapport des Nations Unies en 2010, les femmes gagne 70% de moins que leurs confrères.  Les violences envers elles sont aussi à prendre en compte. Elles sont 12% à Hongkong, 15% aux Philippines, 23% au Cambodge à avoir subi une agression au moins une fois.

En Russie

La Journée des Femmes est une occasion d’offrir des fleurs aux épouses, aux mères et aux filles, le temps d’un jour férié en Russie. C’est plutôt un moyen d’oublier les discriminations qu’elles endurent et la banalisation des violences conjugales. Le 25 janvier 2017, une loi est passée pour dépénaliser ce genre d’agressions. Mais, toutes les 63 minutes, une femme meurt sous les coups de son conjoint, soit 650 000 femmes par an. Une pratique assez courante, comme on peut le voir dans le reportage d’Hugo Clément et Clément Brelet pour Konbini.

 

Le 8 mars est une fête commerciale. Non, là-bas, on ne célèbre pas vraiment les droits des femmes.

Marie Boetti

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *