États-Unis : le décret migratoire de Trump suspendu par la justice

Ce jeudi, la justice américaine a confirmé en appel la suspension du tristement célèbre décret anti-immigration mis en place par l’actuel président des États-Unis. Un coup dur de plus pour Donald Trump, déjà menacé par une procédure de destitution.

ABC_donald_trump_this_week_jt_130811_33x16_1600.jpg

Dans la décision, rendue par le juge Roger Gregory, président de la cour d’appel de Richmond, on a pu lire la phrase suivante : « Le Congrès a accordé au président un large pouvoir pour interdire l’entrée des étrangers, mais ce pouvoir n’est pas absolu ». Plus loin, il est précisé que ce pouvoir « ne peut perte incontrôlé quand, comme en l’espèce, le président y a recours à travers un décret qui porte des conséquences dommageables irrémédiables pour des personnes dans tout le pays ». 

Le 8 mai dernier, les opposants au décret avaient dénoncé la discrimination religieuse dont s’était rendu coupable Donald Trump, n’ayant pas caché son animosité pour l’Islam en mettant en place cette mesure anti-immigration. Une plainte qui n’a pas échappé à la cour d’appel fédérale de Richmond, qui a précisé que la Constitution des États-Unis interdit formellement toute forme de discrimination religieuse.

Déjà bloqué en février et en mars par le Congrès, ce décret a fait l’objet d’un bras de fer entre le président et la justice. Ce dernier avait à l’époque dénoncé une « justice politisée ». Cette fois pourtant, il a été suspendu par les magistrats d’appel, qui se sont déclarés « non persuadés » que le décret « ait plus à voir avec la sécurité nationale qu’avec la concrétisation de la promesse du président d’interdire les musulmans ». Ces derniers ont précisé y voir « une vague d’intolérance religieuse, d’hostilité et de discrimination sous couvert de sécurité ».

Crédit photo : ABC News

Audrey Bernard (26 mai 2017)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *