Galite , un voyage à travers le temps

Galite vient de sortir son premier EP « Prélude ». Sa voix pleine de douceur vous fera voyager et rêver à travers le temps. L’équipe de PressEyes a rencontré cette jeune femme au grand cœur.

Galite, un monde en douceur avec Prélude ( crédit photo/ Xavier Belrose)

De grands yeux noirs, les cheveux longs et bouclés, le sourire aux lèvres, mais surtout une façon de parler pleine de douceur, qui donne envie de rester des heures avec elle pour refaire le monde.

La musique et le chant, elle les porte en elle depuis toujours. Galite commence le piano classique à l’âge de cinq ans. Un instrument qui la fascine et l’impressionne. « J’étais très impressionnée par cet instrument si infini. Je suis tombée amoureuse de Chopin, Debussy, Satie, Liszt… J’ai mis du temps avant d’oser composer au piano » Mais c’est sur une guitare que la chanteuse composera ses premières chansons. « Il y avait une guitare chez mes parents, à laquelle je n’avais jamais osé toucher ! Une nuit, je me suis dit pourquoi pas, et j’ai commencé à m’accompagner sur la chanson « la vie ne vaut rien » de Souchon. Ce moment précisément a été mon déclic. J’ai compris que c’était le chemin que je voulais suivre ». Depuis ce jour-là, la guitare ne l’a plus jamais quittée. « J’ai commencé à composer mes premières chansons. Je ne connaissais pas encore le nom des accords, je me suis juste fiée au son et ça a été un coup de foudre extraordinaire. »

De la pharmacie au chant choral

Avant de se lancer professionnellement dans la musique, Galite entreprend des études dans un tout autre domaine : la pharmacie. Puis, comme pour relier ces deux mondes opposés, elle obtient son doctorat en soutenant une thèse de toxicologie sur la mort de Michael Jackson !  « J’ai tout quitté il y a six mois. J’ai mis des années à prendre cette décision. Je ne regrette rien du tout. C’était une belle expérience. Les études, ça t’enrichit, ça t’ouvre , tu découvres plein de choses. Mais je sentais depuis toujours que j’étais faite pour une vie d’artiste »

En 2015, elle devient chef de chœur et créé à Paris sa propre chorale créative Meet & Sing avec l’envie de connecter les gens à travers la musique et le chant choral moderne. «  Je suis passionnée par la voix. C’est un instrument de musique à part entière, intime et avec lequel on ne peut pas tricher. Quand j’écris mes chansons, la musique et les mots se mêlent tout de suite, et les arrangements de chœurs s’ajoutent presque aussitôt. »

Son univers rêvé

La chanteuse ne s’arrête pas seulement à la création de sa propre chorale. 2017, une année importante avec l’enregistrement de son premier EP « Prélude ». Un nom qui souligne ce premier pas, cette première rencontre, une première étape avant l’album.

Un EP que l’on peut qualifier de « pop aérien » avec la voix de Galite qui vous transporte loin. Une voix qui vous fait oublier le temps qui passe et qui vous donne simplement envie de tout arrêter, de vous allonger, de fermer les yeux et de vous laisser transporter le temps d’un disque au son de sa voix.

Accompagnée par ses musiciens et par ses choristes, elle présente sur scène un tour de chant très épuré dans lequel ses textes se mêlent à des arrangements vocaux singuliers et aériens. « Avec mon équipe, on a trouvé que le terme de  « Chanson pop aérienne » collait bien à mon univers. La voix est au centre de tout »

Une voix, mais aussi des thèmes qui font voyager : la nostalgie de l’enfance, le temps qui passe, le déracinement, les femmes… Ce dernier thème la touche particulièrement. Galite est féministe. Un mot qui représente les femmes qu’elle aime et qui l’ont inspirée. La chanson « Belle de Casablanca » leur rend hommage. « J’ai écrit cette chanson en hommage à ma grand-mère, à ma mère et aux femmes de ma famille. Des femmes fortes, solaires et lumineuses. Je parle aussi de déracinement et d’arrivée dans un nouveau pays, avec de nouveaux codes. Ce n’est pas simple et ça demande une force inimaginable. »

 La nostalgie heureuse

 C’est aussi ce que reflète Galite quand on la voit et qu’on lui parle. Cette jeune femme pleine de douceur, de fragilité dans sa voix et d’émotion quand on évoque un sujet qu’elle trouve important à ses yeux évoque l’enfance et cette nostalgie heureuse dans «  Le temps des récitations » : « L’enfance pour moi c’est cette fragilité, cette insouciance, ces instants de grâce que tu peux tout juste capter et qui passent si vite. C’est tellement beau. Je me sens encore très proche de cette époque là. »

 Prélude

Un EP qu’elle a composé pour faire du bien, pour redonner le sourire. « J’ai eu envie de donner beaucoup de douceur dans ce monde qui n’est pas simple et parfois trop cynique. » Elle a construit « Prélude » en pensant surtout à ceux qui vont l’écouter « J’ai des textes car j’ai mon mot à dire, mais j’aime aussi laisser résonner ma voix pour laisser le temps aux gens d’imaginer des choses, laisser un temps pour rêver. » Un état d’esprit tout simplement magnifique.

Prochainement, on pourra voir le premier clip de Galite sur la chanson « Belle de Casablanca ». Une tournée en préparation et le bébé final, l’album que l’on hâte de découvrir pour rêver encore plus …

Mathilde Dandeu

 Pour plus d’informations :

 https://www.galitemusic.com/

 https://www.facebook.com/galitemusic/

 https://www.instagram.com/galiteofficiel/

 N’oubliez pas de télécharger « Prélude » sur : deezer, Apple music, Spotify et sur toutes les autres plateformes nationales.

 

À lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *