La diversité au centre des élections de mi-mandat des États-Unis

Les démocrates ont remporté la Chambre des représentants lors des élections législatives ce mardi 6 novembre. L’occasion pour de nombreuses femmes incarnant les idées de ce parti politique d’accéder à des postes au Congrès et de marquer l’histoire des États-Unis en devenant les premières représentantes de certaines minorités.

Grâce à l’issue des élections de mi-mandat, cette année, deux élues deviennent les premières femmes amérindiennes à rejoindre les sièges du Congrès américain. Deb Haaland, âgée de 57 ans, représente désormais le Nouveau-Mexique. Originaire de la tribu Laguna Pueblo, elle entend se battre pour les minorités et éradiquer la pauvreté qu’elle a connue pendant des années. Attachée à ses traditions et son histoire, elle s’oppose foncièrement à Donald Trump, qui a pour habitude de tourner en dérision l’une des principales figures amérindiennes dans l’administration.

Sur son site internet, Deb Haaland défend une énergie propre qui permettrait de créer des emplois dynamiques. Elle souhaite trouver des solutions à travers l’éducation afin de pouvoir libérer les jeunes de la pauvreté. Enfin, ayant deux parents qui ont servi dans l’armée, l’élue tient à prendre soin des vétérans, les grands oubliés du pays.

Capture https://debforcongress.com/

Sa consœur, Sharice Davids, représentera les citoyens du Kansas. Ouvertement homosexuelle, la femme de 38 ans faisait face au républicain Kevin Yoder et casse ainsi la tendance conservatrice de cet État.

« Les gens ont choisi l’espoir plutôt que la peur »

Deux femmes de confession musulmane ont également intégré le Congrès. Une première aux États-Unis depuis douze longues années. Ilhan Omar, 36 ans, a fui la Somalie, ravagée par une guerre civile. Elle est arrivée sur le territoire américain alors qu’elle était adolescente. Aujourd’hui, elle va pouvoir représenter les intérêts de l’État du Minnesota et faire valoir des idées tournées vers la lutte contre les énergies fossiles. Elle succède à Keith Ellison, le premier élu noir et musulman du Congrès.

« Les gens ont choisi l’espoir plutôt que la peur, l’unité plutôt que la division », a-t-elle déclaré avec émotion après sa victoire.

Elle est accompagnée par Rashida Tlaib, également musulmane. Cette femme de 42 ans a été élue dans le Michigan. Née de parents réfugiés palestiniens, sa priorité est de combattre toutes les formes d’injustice.

L’héritière de Bernie Sanders

A l’occasion de ce scrutin législatif, Alexandria Ocasio-Cortez est devenue la plus jeune élue du Congrès à l’âge de 29 ans. Outre le regard neuf qu’elle apporte, cette dernière défendra les minorités – ayant des origines à la fois porto-ricaines et américaines. C’est au sein de la 14e circonscription de New York qu’elle va partager une vision proche de celle de Bernie Sanders, dont elle était en charge de la campagne en 2016. Face au faible score du candidat, la jeune femme rejoint le mouvement intitulé « Brand New Congress ».

Capture Twitter @Ocasio2018

Issues pour la plupart de classes populaires, voire même de milieux défavorisés, ces nouvelles élues sauront travailler pour le bien des citoyens américains qui se sentent délaissés par l’administration Trump. Elle semblent toutes fières d’incarner ce changement.

Marie Boetti

LIRE AUSSI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *