Le plan climat de Nicolas Hulot

Nicolas Hulot, le ministre de la Transition écologique a présenté son plan climat ce jeudi 6 juillet lors d’une conférence de presse à Paris. C’est un plan qui rentre dans l’accord de Paris. Emmanuel Macron l’avait annoncé en juin, lorsque les Etats-Unis en étaient sortis.

Lutter contre le réchauffement climatique est le but principal de Nicolas Hulot. Pour cela, dans les dix prochaines années il veut éradiquer les bâtiments mal isolés et qui consomment beaucoup trop d’énergie, on les appelle les « passoires thermiques ». « Le sujet de l’efficacité énergétique est un sujet où tout le monde gagne » et dont « la rentabilité n’est pas compliquée à démontrer », a-t-il déclaré. Selon Hulot, ce ne sont pas des « dépenses mais des investissements », il utilisera donc 4 milliards d’euros qui sont prévus dans le plan d’investissement annoncé par Edouard Philippe.

Une autre mesure pour le logement a été citée également. Il souhaite mettre fin à la précarité énergétique et tout cela en dix ans. « Le gouvernement va proposer à tous les Français modestes un diagnostic aux locataires et propriétaires en situation de précarité énergétique, qui ont du mal à se chauffer », a-t-il ajouté.

« Nous annonçons la fin de la vente des voitures à essence et diesel d’ici 2040 »

 Les ménages les plus modestes auront une prime afin de pouvoir obtenir des véhicules plus propres. Cette « prime de transition » permettra de remplacer tous les véhicules diesel datant d’avant 1997 ou essence d’avant 2001, par des véhicules plus propres neufs ou bien d’occasion. Cependant, le ministre n’a pas annoncé le montant de cette prime. Le gouvernement se fixe l’objectif de ne plus commercialiser de véhicules à essence et diesel pour laisser place aux véhicules électriques ou du moins peu polluants d’ici 2040. Avant 2050, Hulot veut une « neutralité carbone », c’est à dire que les émissions de gaz à effet de serre ne doivent pas être plus élevées que les émissions capturées. Pour cela, il fera augmenter de 40% la taxe carbone pour « donner un prix à la pollution ». « Nous réduirons nos émissions de gaz à effet de serre et ferons en sorte, d’ici à 2050, à ce qu’elles soient absorbées en totalité par des « puits de carbone » (forets, lacs, etc.) », a-t-il précisé.

Mettre fin au charbon

 C’est l’un des six grands axes du plan climat, fermer les centrales d’ici 2022 et la fin du charbon. « Le charbon qui est aujourd’hui la principale source d’émission du CO2 sur la planète, chez nous, elle représente 5%  de notre production d’électricité. C’est peu, mais c’est beaucoup trop », d’après Nicolas Hulot. Il existe encore quatre sites en France qui sont désignés par cette mesure : celles du Havre, de Nantes, de Gardanne et de Saint-Avold. Cependant, l’actuel premier ministre et ancien maire du Havre n’étaient pas en accord avec leur fermeture. « Fermer en 2023 les deux centrales thermiques qui appartiennent à EDF, il y en a une à Nantes et une au Havre, c’est radicalement contraire à tout ce sur quoi le gouvernement a travaillé jusqu’à présent et à tout ce sur quoi a travaillé l’entreprise », déclarait Edouard Philippe.

Léna Marjak 

(Source Photo : AFP) 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *