Où en est le contrôle des armes aux États-Unis ?

Le 14 février, une fusillade a fait 17 morts dans un lycée de Floride. Une tragédie qui a relancé le débat sur le contrôle des armes aux États-Unis. Mais, cette fois-ci, l’engouement ne semble pas s’essouffler.

Pixabay © stevepb

#NeverAgain, #OneLess, #BoycottNRA, … Les hashtags déferlent sur les réseaux sociaux, depuis plus de deux semaines. Une prise de conscience qui pousse de nombreuses entreprises à abandonner les membres de la NRA (National Rifle Association). Du côté de la jeunesse, c’est la révolte. Plusieurs survivants de la fusillade du lycée de Parkland s’insurgent. Pour manifester leur colère, ils organiseront une manifestation à Washington, le 24 mars. « March for our lives » ou « Marche pour nos vies » traversera toutes les villes du pays. Il est possible pour les élèves de mettre en place leur propre marche.

Un mouvement que soutiennent les célébrités américaines, telles que George et Amal Clooney, Oprah Winfrey, Steven Spielberg, … Chacun a donné 500 000 dollars de dons. Soit 2 millions de dollars au total.

Que demandent les manifestants ?

Chez la présentatrice de talk-show, Ellen Degeneres, les jeunes expliquent qu’ils ne veulent pas supprimer les armes. Mais plutôt les réguler, notamment en interdisant les accessoires qui permettent de les rendre automatiques, appelés bump stocks.

 

Que propose Donald Trump ?

Si, après la fusillade en Floride, le chef d’État a gardé son silence, depuis quelques semaines, il propose de nouvelles mesures pour améliorer le contrôle des armes. Le 19 février, il a promis de renforcer le contrôle des antécédents lors de l’achat d’une arme à feu. Un jour plus tard, il a parlé d’interdire les accessoires qui rendent les armes automatiques. Une interdiction qui avait déjà été envisagée après la fusillade de Las Vegas, en octobre dernier. Il se dit également prêt à discuter de l’âge légal pour acheter des semi-automatiques – qui passerait de 18 ans à 21 ans.

Mais, il se confronte au NRA, le gigantesque lobby des armes. Alors, lorsqu’il a reçu des élèves et des proches des victimes de la fusillade de Parkland, il a dit vouloir armer 20% des enseignants américains. Une réponse qui n’a pas plu aux étudiants et aux professeurs. Puis, il a proposé d’autoriser les forces de l’ordre à saisir les armes de suspects de manière temporaire.

La fusillade de Parkland est la 18ème depuis le début de l’année. Voici les chiffres de 2018, jusqu’à présent :

Marie Boetti

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *