Plus de 6000 candidats APB toujours dans l’attente

A seulement deux semaines de la rentrée, plus de 6 000 bacheliers et étudiants réorientés inscrits sur APB (Admission Post-Bac) se retrouvent sans réponse d’une université. Un chiffre sous-évalué par le ministère de l’Enseignement supérieur il y a sept jours de ça.

© digischool

Baisse des APL (aide personnalisée au logement), saturation du système, … les étudiants font face à de nombreuses difficultés. Dernière en date, l’attente pour une place à l’université ou dans une école supérieure. Selon Le Monde, 6010 candidats APB restent dans le flou quant à leur avenir. Un bilan établi par le ministère de l’Enseignement supérieur au 17 août. Pourtant, deux jours plus tôt, il annonçait un chiffre différent, « entre 3 000 et 5 000 ». Fin juillet, il s’élevait à 65 000 personnes. Entre temps, plus de la moitié ont reçu une proposition. Les autres ont soit abandonné les études soit choisi une autre plate-forme de formation.

Trois quarts d’entre eux sortent tout droit du lycée. Le reste sont des étudiants en réorientation – ce qui ajoute au problème de saturation. Chaque année, 20 000 à 40 000 nouveaux jeunes entrent dans le monde des études supérieures, depuis trois ans. Par rapport à l’année dernière, 39 700 étudiants supplémentaires se sont enregistrés sur APB, soit plus de 800 000 candidats au total. Une augmentation d’au moins 30 %.

© Ouest-France

Quelles solutions ?

« Entre les bacheliers toujours sans place et les amphis surchargés dans des universités qui ont encore poussé les murs, la rentrée sera particulièrement tendue », alerte Lilâ Le Bas, directeur de l’UNEF (Union nationale des étudiants de France) – première organisation étudiante en France. Les principaux concernés sont les diplômés des filières technologiques et professionnelles, visant un BTS ou un DUT. Pour les assister, le syndicat installe, comme chaque année, un service d’aide et d’informations au 0806 079 069 (numéro vert) et un site internet actif à partir de demain. La FAGE (Fédération des associations générales étudiantes) met également à disposition une messagerie : apb@fage.org.

De son côté, le gouvernement français a déjà scruté le système APB à la mi-juillet. Le thème fera son come-back dans l’hémicycle le 28 août prochain. Une réforme est nécessaire afin d’éviter les bugs à répétition. « Un énorme gâchis » selon Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur. Pour le moment, les domaines d’études les plus tendus et saturés sont soumis à des tirages au sort, à l’instar de la Paces – première année commune aux étudiants de santé. Un dispositif inédit jusqu’à présent, auquel s’oppose la ministre. En septembre 2016, 3 500 candidats APB s’étaient retrouvés bredouilles.

© Dessins Miss Lilou

Marie Boetti

Source photo : © diplomeo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *