Trump réclame la peine de mort pour l’auteur présumé de l’attentat de New York

Sayfullo Saipov, originaire d’Ouzbékistan, est l’auteur présumé de l’attaque qui s’est déroulée mardi après-midi à Manhattan.

Wikipedia

Sayfullo Saipov, 29 ans, s’est revendiqué comme appartenant au groupe djihadiste Etat Islamique. Mardi après-midi à Manhattan, à l’aide d’une camionnette, ce dernier a foncé vers des cyclistes tuant huit personnes et blessant douze autres gravement.

Donald Trump s’est exprimé sur son compte Twitter, en réclamant la peine de mort pour Sayfullo Saipov. Il a également parlé de l’envoyer au camp de Guantanamo, un centre de détention militaire qu’il a refusé de faire fermer comme le voulait son prédécesseur, Barack Obama.

Une publication qui a suscité 20 000 réponses, a été partagée près de 22 000 fois et aimée par plus de 80 000 internautes.

Capture d’écran Twitter

Un attentat prédis

Le Président a fortement critiqué le système de loterie mis en place, qui permet aux étrangers d’obtenir la « green card » (carte verte) pour résider aux Etats-Unis, dont l’assaillant était bénéficiaire.

Sayfullo Saipov préparait son acte depuis plus d’un an, en s’inspirant de nombreuses images et vidéos de propagande retrouvées dans son portable. Il y a deux mois, il a décidé de mener une attaque au camion-bélier. Le jour d’Halloween n’était pas une date choisie au hasard. Il savait qu’il y aurait du monde dans les rues ce jour-là. Les enquêteurs ont même retrouvé l’historique d’une recherche sur  » la veillée de la Toussaint  » à New York.

Le terroriste s’est dit satisfait de son geste. Il est allé jusqu’à demander que l’on déploie le drapeau noir de l’EI dans sa chambre d’hôpital.

Si l’enquête est loin d’être terminée – selon le parquet – beaucoup d’éléments ont permis d’inculper Sayfullo Saipov. Il est poursuivi pour deux chefs d’accusation : violence et destruction de véhicules grâce à une organisation terroriste étrangère. Des motifs qui l’exposent à l’emprisonnement à perpétuité.

Mathilde Dandeu

Source Photo : Flickr (c) Gage Skidmore

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *