Clara Ysé : la force d’une voix ensorcelante

Sylvain Gripoix, Clara Ysé, portrait, musique, Champs Elysées Film Festival, Mathilde Dandeu, PressEyes

Crédit Photo - Sylvain Gripoix

Échanger avec Clara Ysé, s’est se laisser happer par la douceur et la beauté des mots. Des mots qui résonnent, qui font sens, telle une poésie.  Pour PressEyes, elle s’est confiée sur son amour pour la musique, la chanson, les voix lyriques. Un univers musical à travers lequel elle se livre à cœur ouvert.

Rien de plus agréable que de rencontrer une artiste face aux Champs Elysée, d’autant plus quand c’est une musicienne et que cette avenue a pu inspirer l’un des plus grands tubes populaires des années 1970 : Les Champs Elysée de Joe Dassin.

Mais l’univers de Clara Ysé en est bien loin. Venue du chant lyrique, son univers à elle est composé d’un mélange de sonorités différentes qui nous transportent dans un voyage presque féérique. Des influences qui viennent de son enfance, lorsqu’elle prenait ses cours de chant avec Yva Barthélémy, avant de rester pendant des heures à écouter ses autres élèves chanter. “C’est plein d’expériences et forcément celle-là. Petite, j’ai été touchée par les voix lyriques et leur sauvagerie.“

Elle se souvient de cette toute petite pièce, dans laquelle était disposé un piano qui offrait aux voix encore plus d’intensité. “Notamment pour les femmes, ça me fascinait d’entendre des voix aussi puissantes et aussi libres.“  La playlist de Clara Ysé réunit Mercedes Sosa, Chavela Vargas, qui comme elle, ont des timbres particuliers qu’elles aiment explorer : “Plus jeune, ça m’a donné une envie de liberté et une exploration vocale qui se retrouve dans mon dernier EP, ‘Le monde s’est dédoublé’.“

En effet, lorsque l’on connaît l’intonation de la chanteuse, on est presque surpris de cette douceur vocale qui émane quand elle parle. Quand Clara Ysé chante, ses cordes vocales se métamorphosent, et montent dans des graves presque masculins.

La force des mots

Jouer avec ma voix me permet de débloquer mes émotions. Ce que je trouve intéressant, c’est de faire ressortir une certaine animosité, qui est quelque chose que je vais chercher sur scène. “ Une voix que l’on n’a pas l’habitude d’entendre raisonner à travers une femme, mais qu’elle lie à la colère, à ce qu’elle réussit à débloquer en chantant et révèle ainsi plusieurs facettes de sa personnalité. “C’est comme parler plusieurs langues. J’adore composer dans des langues différentes, car je trouve que l’on n’est pas les mêmes personnes, que l’on ne raconte pas les mêmes choses. Même vocalement, notre voix elle ne se place pas pareil, et du coup on a une expérience qui est distincte.

D’ailleurs, après des années à ne chanter qu’en langue étrangère, l’interprète a à nouveau épousé les mots de la langue française, pour “Le monde s’est dédoublé“. “Ces dernières années, les poèmes et les chansons que j’écrivais étaient en espagnol. J’ai adoré réexplorer la langue française, son écriture.“  Cette nouvelle rencontre avec sa langue maternelle, l’a même poussée à écrire un roman et d’autres poésies : “Au début, j’avais du mal avec la langue française. Pour moi, elle était tellement chargée en termes de lyrisme, d’émotion, que j’avais du mal à trouver l’endroit où elle laissait assez d’espace à la musique.“  Et elle l’assure, son prochain album sera uniquement en langue de Molière.

Et si la langue dans laquelle elle chante est primordiale, la musique est un langage qu’il l’aide à vivre depuis très longtemps.

La musique pour exister

Parfois, on peut se sentir un peu trahi par le langage du quotidien. La musique est comme une lampe magique dans laquelle les gens se réunissent“, m’explique telle. Clara Ysé est admirative face à cette force de l’univers musical d’unir des gens d’horizons différents, qui dans la vie de tous les jours ne se seraient jamais rencontrés. Un regard qu’elle peut porter en haut de la scène, en observant ceux et celles venus l’applaudir.

Un public pour lequel elle s’accorde de lui faire part de ses propres émois, tout en cherchant au plus profond d’elle ses différentes palettes de couleurs.

Une autre

Pour la compositrice, tous les artistes sont en concert une autre version d’eux-mêmes : “Dans le sens où la personne sociable que l’on est, est une toute petite part de la personne que l’on est profondément.“ La scène l’aide à faire ressurgir d’autres parties d’elle, qui peuvent parfois passer par un personnage : “Mais finalement, c’est toujours pour exprimer quelque chose de très vrai et de très profond. En mettant un masque ou en entrant dans la peau d’un personnage, on arrive à dire des choses encore plus secrètes et justes.

Une musique qui la libère, qui l’anime et qui lui procure une vague de bonheur “à l’idée de pouvoir faire danser les gens, c’est incroyable.

“Incroyable“ est l’un des mots que l’on peut désigner pour décrire Clara Ysé. Incroyable par cette voix si douce et à la fois si forte, incroyable par sa bienveillance, et en même temps si intimidante, par cet aura qu’elle dégage. En effet, au début de la conversation, elle m’a demandé de la tutoyer et j’ai terminé en la vouvoyant…