International

Égalité femmes-hommes : les avancées réalisées en 2018

par  | 

L’année 2018 a été riche en mouvements sociaux contre toutes les formes de discriminations, notamment celles que subissent les femmes et les hommes. PressEyes fait le point sur ces initiatives et les droits acquis grâce à elles.

Pexels

2018 a été une année de mobilisation. En son centre, se trouvait la question de l’égalité entre les sexes. Comme l’a rappelé le rapport annuel d’Amnesty International, « des femmes ont été en première ligne du combat pour les droits humains ». Des milliers de personnes se sont réunies en Inde et en Afrique du Sud afin de protester contre « les violences sexuelles endémiques ». En Iran, elles ont été nombreuses à refuser de porter le hijab et donc à risquer une arrestation. Dans des pays comme l’Irlande et la Pologne, beaucoup étaient mobilisé(e)s contre l’avortement. Une deuxième marche des femmes, impulsée par le mouvement Me Too, a été organisée aux États-Unis, en Europe et au Japon.

L’Irlande dit « oui » à l’IVG

En mai 2018, les droits des femmes ont enfin claqué la porte au nez des conservateurs en Irlande. Les citoyen(ne)s ont voté à plus de 66% en faveur de l’abrogation du 8ème amendement de la Constitution qui interdit l’avortement, sauf en cas de danger pour la mère. Sept mois après le référendum historique, le Parlement irlandais a officialisé cette avancée en adoptant le projet de loi légalisant l’IVG.

Des femmes qui ont le droit de conduire en Arabie Saoudite

Les femmes saoudiennes peuvent désormais prendre le volant. Et ce, depuis cet été lorsque le décret royal autorisant ce simple geste est entré en vigueur. Celui-ci avait été publié le 26 septembre 2017. En Arabie Saoudite, les femmes se sont battues pendant une trentaine d’années pour obtenir ce droit. Certaines frôlaient même l’arrestation en défiant la loi. Le pays musulman ultraconservateur est le dernier à octroyer le droit de conduire à ses citoyennes.

Une marche lancée par #NousToutes contre les violences sexistes et sexuelles

En novembre 2018, plusieurs dizaines de milliers de personnes (50 000 selon les organisateurs) sont descendues dans les rues de Paris afin de se rassembler lors d’une grande marche. L’objectif était de lutter contre les violences sexistes et sexuelles. Une initiative lancée par le collectif #NousToutes.

Des élections de mi-mandant sous le signe de la diversité aux États-Unis

Au total, 118 femmes ont été élues au Congrès américain. Plusieurs d’entre elles incarnant les idées du Parti démocrate ont pu ainsi accéder à des postes de haute responsabilité et marquer l’histoire des États-Unis en devenant les premières représentantes de certaines minorités : deux femmes amérindiennes, Deb Haaland et Sharice Davids, deux de confession musulmane, Ilhan Omar et Rashida Tlaib, mais aussi la plus jeune élue du Congrès Alexandria Ocasio-Cortez.

Le tout premier Ballon d’Or féminin

La Norvégienne Ada Hegerberg a remporté le premier Ballon d’Or féminin à l’âge de 23 ans. Malgré une demande déplacée formulée par Martin Solveig, le présentateur de la cérémonie en décembre, l’attaquante de l’Olympique lyonnais a expliqué que cela restait « la meilleure soirée de sa vie ». Cette récompense, dédiée jusqu’à présent aux joueurs de football, a été créée en 1956.

Bien que ces bonnes nouvelles permettent de mettre en lumière l’évolution de la société actuelle, le combat pour l’égalité entre les femmes et les hommes est loin d’être gagné. Selon Amnesty International, « 40% des femmes en âge de procréer vivent dans des pays où l’avortement reste soumis à de fortes restrictions » et près de « 225 millions de femmes n’ont pas accès à des moyens de contraception modernes ». Sans oublier les différentes formes de violences, les agressions sexuelles avant l’âge de 20 ans, les discriminations basées sur l’orientation sexuelle, l’appartenance ethnique ou la couleur de peau…

Marie Boetti

LIRE AUSSI

Meghan Markle soutient le combat des femmes en Nouvelle-Zélande

“Me Too” ou le réveil d’un mouvement renforcé par les femmes

Michelle Obama : élue la femme la plus admirée

Time’s up, est-il trop tard pour les femmes ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.