Trois raisons de regarder Un destin inattendu de Sonia Rolland

Crédit photo : Pinterest

Crédit photo : Pinterest

Ce mercredi soir sur France 2 sera diffusé “Un destin inattendu”, une fiction écrite et réalisée par Sonia Rolland. Une oeuvre qui revient sur le parcours d’une jeune femme un peu garçon manqué, amoureuse de basketball qui s’est vue rêver devenir Miss France. 

Nadia a 18 ans, elle est métisse d’origine rwandaise et vit avec sa famille dans une cité ouvrière, dans une petite ville de Nouvelle Aquitaine. La jeune femme au fort caractère, passionnée de basketball, voit son rêve d’en faire son métier s’envoler. Pour tenter de la consoler, celle à l’allure garçon manqué est poussée par son père et ses amis à s’inscrire au concours de Miss Poitou-Charentes. Une inscription qui la mènera à décrocher la couronne de Miss France. 

Une fiction inspirée de la vie de Sonia Rolland 

Si dans le film on retrouve Nadia, incarnée par Esther Rollande (Les meilleures et Lycée Toulouse-Lautrec), cette fiction est en réalité inspirée de la vie de Sonia Rolland, qui le 11 décembre 1999 à l’âge de 18 ans reçoit le prestigieux prix de Miss France. Elle devient alors la première Miss d’origine africaine à arborer la couronne. Vingt-cinq ans plus tard, Sonia Rolland devenue comédienne a décidé de passer derrière la caméra pour raconter son histoire. 

Un film engagé 

D’origine rwandaise, Sonia Rolland n’a pas omis les difficultés qu’elle a pu rencontrer. Un concours aux diktats physiques bien précis qui n’en oublie pas la couleur de peau… Le film dénonce le racisme face auquel l’adolescente va devoir faire face pour devenir Miss. 

Un casting cinq étoiles 

Si on retrouve Esther Rollande une comédienne très prometteuse, la fiction est également portée par Thierry Godard ( Engrenages), Mata Gabin (Noir comme neige) dans les rôles des parents de Nadia. Mais aussi Clémentine Célarié qui prête ses traits à Dame Clochette, une collaboratrice de Geneviève de Fontenay ou encore Christophe Favre (Un si grand soleil) dans le rôle du grand Jean-Pierre Foucault.