On a oeilleté pour vous

Les protections périodiques non jetables, entre confort et durabilité

par  | 

My Holy, Dans Ma Culotte, FEMPO… Les marques de protections hygiéniques durables se multiplient. Elles mettent en avant des produits tels que la culotte de règles. L’équipe de PressEyes a testé ces nouvelles alternatives.

protections périodiques

Capture Instagram @fempo_co

Libre. C’est le premier mot qui vient à l’esprit lorsqu’une femme essaie pour la toute première fois une culotte de règles. Mais quel est cet objet révolutionnaire ? N’est-ce pas sale de laisser ses résidus menstruels dans un sous-vêtement pendant des heures ? En réalité, la question qu’il faut se poser est plutôt la suivante : est-ce normal d’utiliser un produit synthétique à base de perturbateurs endocriniens, d’agents blanchissants ou de pesticides ? La réponse est non. En tout cas aujourd’hui, car il existe de plus en plus d’alternatives, dont la culotte de règles.

Ces protections en tissu sont pour la plupart créées à partir d’ingrédients naturels et sains pour la flore vaginale. Elles permettent de réaliser des économies, de réduire ses déchets lors des menstruations, mais surtout de se sentir bien. Les différentes matières utilisées pour absorber le flux d’une femme, comme le coton ou le bambou, rappellent la lingerie féminine classique. Agréables à porter, elles recréent le même confort. On ne se rend même pas compte de la présence de la protection alors que nos parois utérines se régénèrent.

» LIRE AUSSI – Top 5 des phrases à ne pas dire aux femmes !

La culotte permet également de limiter les fuites car elle embrasse les formes des cuisses et des fesses, de jour comme de nuit. Bien évidemment, il faut la changer selon l’abondance du flux et la laver après chaque utilisation. Mais il ne suffit que d’un savon naturel, comme le savon de Marseille, et d’eau froide. Ainsi, la majorité des tâches disparaîtront. Dernière étape, les passer à la machine, pour un fini propre et agréable.

» LIRE AUSSI – Pendant les règles, les femmes auraient plus de mémoire et seraient plus sociables

La culotte ne constitue pas la seule option. En plus de la coupe menstruelle progressivement démocratisée en pharmacie et en grande surface, il existe aussi les serviettes hygiéniques en tissu. La fuite assurée ? Pas nécessairement. Il existe plusieurs tailles pour convenir à chaque volume de règles. Elles s’attachent à l’aide de boutons à pression et restent en place tout au long de la journée. Même si elles s’avèrent moins confortables que la culotte et moins discrètes, elles représentent une alternative intéressante, qu’elles soient employées seules ou en complément de la cup, voire même d’un tampon en coton bio.

Cette grande variété, qui continue de s’étendre année après année, donne aux femmes le luxe de choisir. Car pour certaines, il n’est pas évident de dire au revoir aux bonnes vieilles serviettes hygiéniques synthétiques ou aux tampons jetables, par la force de l’habitude ou l’admiration pour ce “progrès” qui succède aux temps où les femmes devaient déjà laver leurs sous-vêtements et leurs protections lors de leurs règles.

» LIRE AUSSI – Les protections hygiéniques bientôt remboursées ?


« Libère tes règles » : une masterclass pour se réapproprier son corps

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.