On a oeilleté pour vous

« Nana et les filles du bord de mer » : internet ou la nuisance amoureuse

par  | 

En salles depuis le 12 août, « Nana et les filles du bord de mer » raconte l’amour 2.0 à travers le regard de Nana. La jeune femme veut vivre avec son temps, faire parler ses désirs, séduire en s’inscrivant sur un site de rencontre, mais elle va vite déchanter. 

« Nana et les filles du bord de mer », de Patricia Bardon, se déroule dans un village au bord de mer (où ça?). Un village dans lequel l’internet est enfin arrivé et va chambouler les habitudes, la vie et les relations d’une bande d’amis : Nana (Sofiia Manousha), Damien (Grégoire Isvarine), Anne (Héloïse Roth), Mathieu (Guilhem Valayé). Dès les premières minutes du film, Nana se fait larguer par Mathieu. Pas d’explication, pas de dispute, pas de larmes, mais une vengeance bien plus forte qui va chambouler son ex-compagnon, mais aussi celle qui l’entoure ou même sa vie et sa propre vision de l’amour 2.0. 

Nana décide de s’inscrire sur un site de rencontre. Curiosité ou réelle envie de trouver l’âme sœur ? Le spectateur ne sait pas vraiment, mais il se laisse embarquer avec elle dans cette aventure. Les profils défilent, les matchs s’envolent, mais Nana reste indécise et se contente de parler à l’un puis à l’autre sans réellement s’engager dans une nouvelle relation. Elle trouvera du réconfort auprès de son ami de toujours, Damien, lui aussi blessé par sa copine Kate qui a préféré sa meilleure amie Anne. 

La complexité de l’amour triangulaire 

« Nana et les filles du bord de mer » va au-delà des simples ruptures et de cette envie de vengeance. Le film souligne toute la complexité de l’amour. Nana veut tourner la page, mais Mathieu le hante. Il aime batifoler, mais reste jaloux et impulsif face à Nana. Damien garde son amour pour Nana secret. Kate aimerait pouvoir aimer Damien tout en restant avec Anne. La jalousie devient peu à peu le sentiment central de ce cercle d’amis dans lequel se créer des triangles amoureux. Des relations faisant écho au film « Plein Soleil » l’un des plus grands films de René Clément avec Alain Delon et Marie Laforêt. C’est également le nom donné à la maison de Mathieu : coïncidence ou réel clin d’oeil de la réalisatrice à ce chef d’oeuvre ? 

Situé entre l’art cinématographique et théâtral, cette comédie donne une grande importance à la musique, composée par Arno. C’est elle qui donne le rythme aux personnages et nous décrit chacune de leurs émotions. Elle devient primordiale, comme narratrice de la gestuelle de Nana, Damien, Anne et Mathieu. 

« Nana et les filles du bord de mer » ne donne pas une direction linéaire, avec un début et une fin distincte. La première phrase de Mathieu en parlant de cette femme qu’il a rencontrée – « Elle est tout ça, elle est multiple (…) c’est magnifique comme la baie » – permet de fermer la boucle et de comprendre qu’il parlait de Nana. Une jeune femme plurielle. Sofiia Manousha offre à Nana la possibilité de porter le sourire comme l’effacer. Elle peut être sensuelle, séductrice, comme ne pas faire attention à son image. Elle peut être douce, poétique, comme tout envoyer balader.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.