Portraits

Sarah Rebecca, un hymne à l’amour

par  | 

La chanteuse Sarah Rebecca sortira son premier album éponyme « Sarah Rebecca » en septembre prochain. Une Américaine aux allures de diva, à l’imprégnation du gospel et de la pop, que nous avons eu envie de découvrir. 

Une fin de mars un peu particulière. Le confinement m’oblige à réaliser mes petits rendez-vous par téléphone. Au bout du fil, je retrouve la chanteuse Sarah Rebecca, au sublime accent américain. Originaire du Mississippi, l’artiste s’est installée en France il y a quelques années. « C’est la campagne, ils sont assez racistes. Être un artiste au Mississippi, c’est très oppressant. Quand j’ai eu 18 ans, je suis partie. Je suis allée à New York, un peu partout en Californie. Un jour, j’ai une copine qui m’a dit  : ‘Tu ne voudrais pas faire une petite tournée en Europe ? Espagne, Londres, France‘? Et là je me suis dit que ce n’était vraiment pas stupide et que j’avais vraiment envie de voir ces pays. Et puis quand je suis arrivée à Paris, le gros cliché, j’ai rencontré un homme et je suis restée ».

Quelques notes pour extérioriser 

Petite, Sarah Rebecca se rend très souvent à l’église avec sa famille. Un lieu qui lui donnera cette envie de chanter du haut de ses quatre ans. Elle ne savait pas vraiment ce que signifiait ce mot, ce métier : « Mais chanter était comme un désir dans mon petit cœur ». Cette passion ne la quitte pas.  Elle persévère pour qu’elle en devienne son métier. Aujourd’hui, elle fait partie des chanteuses les plus écoutées avec notamment « Diamond Veins », en duo avec French 79. Un tube mondial dont le clip enregistre plus d’un million de vues. 

Rebecca a reçu une éducation avec de fortes valeurs religieuses. Lors de son adolescence, la chanson représente pour elle un échappatoire. Sa solution pour mettre un mot sur un sentiment, une émotion. « Mes parents ne m’ont pas donné les outils pour exprimer mes sentiments : quand j’étais fâchée, heureuse, je ne savais pas bien montrer ces émotions ». Son rire éclate et me rassure en me confiant « Aujourd’hui ça va mieux, je peux les exprimer sans passer par la musique !  Mais quand j’étais petite, c’était mon seul échappatoire. La musique me permettait de me connecter avec les autres ».

La chanteuse a traversé plusieurs pays, comme elle a traversé différents univers musicaux : elle a fait partie d’une chorale gospel de l’église baptiste dirigée par sa grand-mère au Mississippi, a monté un groupe avec des amis en se laissant porter par les influences du shoegaze et du grunge. Aujourd’hui, elle nous transporte à travers la pop qu’elle entremêle au gospel.  « J’ai grandi dans l’église avec le gospel et tu chantes pour Dieu. J’ai grandi dans un milieu très oppressant, où je devais me rendre à l’église trois à quatre fois par semaine. C’est la meilleure baby-sitter au monde. (rire) Puis, petit à petit tout s’est connecté. Le gospel que je mélange à la pop, c’est aussi un moyen pour chanter et écrire avec l’ espoir. C’est une expression de ton âme, mais que ce soit avec du jazz ou n’importe quel genre ».

Son journal intime 

En septembre prochain, sortira son premier album éponyme « Sarah Rebecca ». Un album intimiste dans lequel l’amour est central. « Depuis toute petite, je pense beaucoup à l’amour, à trouver ma ‘love story’ ». L’artiste me raconte qu’elle a connu de nombreuses relations avec des hommes impulsifs, parfois violents. Cet album correspond à son journal intime, dans lequel elle trace l’évolution de ses rencontres : « Ce sont des hommes que j’ai rencontrés, du tricheur au dragueur, en passant par celui qui buvait un peu trop ». Puis, il y a ce jour où elle est tombée sur le bon, celui qui l’a rendue heureuse. Cet homme-là, elle le met en lumière dans « The Magic », son single que l’on pourra écouter à partir du 24 avril. « L’amour, c’est quelque chose dans ton intérieur. Tu trouves la bonne personne quand tu es prête et que c’est ce que tu veux. Aujourd’hui, je suis mariée et je suis heureuse ». 

Un album où plusieurs influences se bousculent, entre pop et électro. Sans compter la performance vocale de la chanteuse, nous transportant dans un voyage entre le suave et les aigus. « Sarah Rebecca » est un album jouant avec les émotions les plus profondes et les plus sincères, d’une vie lugubre et autodestructrice à cette nouvelle existence bienveillante, célébrant le véritable « Je t’aime ». 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.