Cette influenceuse demande à l’industrie de la mode de créer des vêtements à sa taille

La blogueuse Katie Sturino a lancé le hashtag « Make my size » (fabriquez ma taille) dans la lignée du mouvement de body positivity et des comptes Instagram comme « I weigh » (je pèse). Grâce à ces quelques mots, elle dénonce la conception actuelle des textiles pour femmes.

Lors d’une séance shopping, il est souvent difficile de trouver des vêtements à la bonne taille ou avec une coupe qui convient. Une réalité que dénonce l’influenceuse Katie Sturino sur Instagram. La fondatrice de the12ishstyle, un blog où les tenues des stars jugées « trop minces » sont portées par des silhouettes plus réalistes, dont la sienne, a voulu toucher du doigt ce problème. Mais, avec humour.

D’habitude, la blogueuse cherche à prouver que les femmes rondes ou « curvy » en anglais peuvent aussi se vêtir avec du style et de manière osée. Elle adapte les looks de Kylie Jenner, Gigi Hadid, Selena Gomez, Hailey Baldwin et même de Meghan Markle.

Fin août, elle a décidé de dénoncer les diktats des étiquettes vestimentaires, instaurés par les grandes entreprises de l’industrie de la mode. Dans un post sur Instagram, elle a écrit avec conviction : « J’ai atteint ma limite avec les créateurs de mode qui ne pense pas à mon type de corps ! ».

Elle demande des tailles adaptées aux grandes marques de la mode et n’hésite pas à s’afficher dans des vêtements qui ne lui vont pas – soit trop serré au niveau des fesses ou pas assez large au niveua de la poitrine – pour cette cause.

Elle encourage ses abonnées à faire de même et à publier une photo avec un vêtement mal conçu. L’occasion de lancer un nouvel hashtag appelé « Make my size », ou « fabriquez ma taille » en français. Une initiative qui a emballé les internautes au féminin.

Katie Sturino en a aussi profité pour donner les noms des responsables de ces diktats, comme celui de Zara. Après tout, pas de tabou ! Les marques ne fabriquent pas des vêtements adéquates alors pourquoi garder une langue de bois ?

Afin de créer le mouvement « Make my size », l’influenceuse a écrit sur Instagram : « Il est difficile de décrire l’ampleur de ma frustration lorsque je fais les magasins. Alors pendant que j’applaudis les marques à l’origine de changements pour inclure plus de tailles, je vais voir si on peut travailler ensemble pour prévenir les autres créateurs qu’ils ont toute une autre partie de la population qui veut faire du shopping ». Après avoir lancé ce nouveau débat, qui concerne pourtant un problème existant depuis des décennies, elle s’est confiée au média féminin Refinery29. « En tant qu’entrepreneur moi-même, je me demande pourquoi quelqu’un voudrait vendre de la marchandise qui ignore 67% de la population », déplore-t-elle.

Et vous ? Trouvez-vous toujours des textiles et des tenus qui vous vont parfaitement ?

Marie Boetti

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *