Portraits

L’actrice Lula Cotton Frapier ne s’arrête jamais !

par  | 

L’actrice Lula Cotton Frapier dévoile les facettes de son parcours pour PressEyes. L’interprète de Daphné dans « SKAM » revient également sur son personnage, de sa construction, aux messages qu’elle peut porter. Rencontre avec une actrice qui prône l’écoute et la compréhension de l’autre.

C’est au Café du Théâtre à Paris, que l’actrice Lula Cotton Frapier me donne rendez-vous. Je suis un peu en retard… J’arrive devant tout essoufflée. La jeune femme qui m’attend avec un café, m’accueille avec un grand et joli sourire. Je m’excuse. Elle s’excuse en retour car elle est un peu malade. « J’ai attrapé froid sur le tournage de SKAM », m’explique-t-elle. Les aléas du métier… et les conséquences de la réalisation de scènes d’été en plein automne. Nous bavardons encore un petit peu avant de commencer l’interview.

“Je veux être actrice et tout plein de choses”

La jeune femme ornée d’un bandeau noir, me confie que l’envie d’être actrice était ancrée en elle depuis toujours ! Elle débute très tôt dans le milieu artistique, en tant que comédienne mais aussi modèle enfant. Pleine de vie et de curiosité, elle se donne l’opportunité de ne rien s’interdire. « Je veux être actrice et tout plein de choses. Avant je voulais être journaliste, photographe de presse et faire mes articles en même temps. Maintenant je me dis pourquoi pas la mise en scène ou la réalisation. Je ne me ferme aucune porte ». Ces métiers, elle peut aujourd’hui les incarner grâce au cinéma et au théâtre. Elle peut même se mettre dans la peau d’un garçon : « Je l’ai déjà fait au théâtre c’était trop bien ! J’aime jouer des gens d’endroits différents, avec des façons de parler différentes. On a un peu 40 vies en une journée ».

Du théâtre au cinéma, son cœur balance

Des vies qu’elle explore face à une caméra ou sur les planches. Lula a besoin du cinéma, tout comme le théâtre, c’est vital pour elle de devoir combiner les deux. « J’aurais aimé avoir plein de boulots en même temps. Là c’est une façon d’en avoir plusieurs et plusieurs façons de travailler avec des metteurs en scène, des réalisateurs, des rencontres ».

Ces disciplines demandent la construction de personnages bien distincts. Deux énergies qui l’intéressent tout autant : l’instantanéité du théâtre et l’évolution des personnages à l’écran. « Tu as aussi une évolution au théâtre, mais le cinéma c’est un peu le truc où tu vas travailler un personnage. Comme Daphné, c’est un personnage que je travaille depuis trois ans, où tu le fais évoluer en permanence».

Daphné, l’un des rôles phares de la série « SKAM » depuis 2018. Diffusée en transmédia sur France TV Slash, le feuilleton relate l’histoire de plusieurs adolescents avec des vies et des messages différents à faire passer. Lula me confie, qu’au début, elle n’aimait pas du tout Daphné. « Je n’avais aucune tendresse pour elle, quand on ma dit « Tu es prise pour Daphné », j’étais en mode « Oh non », j’avais très peur de ce personnage ».

Du sourire à la douleur

Ce personnage peut paraître au départ, assez bête et raciste. L’actrice appréhende ce rôle quelque peu délicat. Lula parle beaucoup à Assa Sylla, qui incarne Imane. Cette dernière est souvent victime des phrases sans filtre de la lycéenne. « On en a modifié certaines tellement elles étaient dures, je ne comprenais pas comment tu pouvais sortir ça, sans faire après « oh merde » ».

Un rôle qui lui valu quelques tacles de ses fans face à l’incompréhension des mots abrupts de Daphné. Lula souligne le fait qu’il est inutile de se révolter sur ces gens qui sortent des propos mal placés. « Ce sont des phrases qui sortent, même chez les gens très intelligents ou cultivés. Au lieu de s’insurger contre eux, il faut simplement comprendre pourquoi elles sortent et à quel moment dans notre éducation on s’est permis de penser ça ». Selon l’actrice il est tout simplement important d’éduquer et d’expliquer pourquoi ça ne se dit pas.

La complexité de Daphné

Daphné demande à la jeune femme aux grands yeux bleus, de se plonger dans un long travail. « Je ne pouvais pas jouer un personnage que je détestais ».

La comédienne lui invente toute une histoire, une psychologie, pour décoder pourquoi elle se comporte ainsi : des termes maladroits ou encore de se prendre pour une chef. « Pour moi, Daphné comporte tous les vices que l’on peut avoir en tant qu’ado : sortir avec le mec le plus populaire, vouloir à tout prix être connue. C’est vraiment l’ado type». Petit à petit l’actrice arrive à faire de Daphné quelqu’un de naïf avec une personnalité attachante.

On aperçoit peu à peu une faille relevant d’une blessure profonde. Une facette que l’on devine dans la saison 4, lors de son anniversaire avec une performance incroyable de Lula. Sans un mot, le téléspectateur voit qu’à travers cette jeune fille pétillante se cache quelque chose de douloureux. Je me dois de féliciter l’actrice pour cette performance ! « C’est pour ça que c’est trop bien ! Quand tu bosses comme une malade sur des personnages, parce qu’un background ça se travaille. Ça fait tellement plaisir quand on te félicite sur des scènes sans paroles, et que l’on comprend le message, c’est le plus kiffant ».

Daphné la battante

Au fil des saisons, Daphné devient un peu le symbole de celle qui se bat, notamment contre l’anorexie, la boulimie. Elle montre qu’en tant qu’adolescent(e) il est important de pouvoir se confier, parler, d’où son obsession d’avoir des amis, d’être épaulé ou encore de créer le foyer pour que les gens puissent se rencontrer. « Pour moi c’est hyper important d’avoir ce petit espoir là et je pense qu’en tant qu’ado j’aurais aimé avoir une série comme SKAM. Moi j’étais l’inverse de Daphné. J’aurais kiffé pouvoir me raccrocher à des amis pour sortir la tête de l’eau. Après c’est une bande de potes hyper idéale, mais je suis sûre que ça peut se trouver ». On peut dire que Daphné est l’un des rôles les plus complexes de la série, même si cette jeune fille se mure derrière sa joie de vivre.

Lula et ses futurs projets !

Je pourrais rester encore une heure de plus à parler cinéma et société avec la comédienne. Malheureusement la rencontre doit prendre fin. Mais avant de nous quitter Lula, me confie ses petits projets. « J’écris des chansons, enfin, je co-écris avec Oxmo Puccino, on fait un projet ensemble qui prend du temps. Mais je n’écris pas de scénarios. C’est Oxmo qui m’a fait écrire. Pour le moment je n’écris pas toute seule ».

On pourra retrouver prochainement Lula sur France 2, dans « Le diable au cœur » aux côtés de l’acteur Maxence Danet Fauvel (Eliott dans SKAM). L’actrice est également en lecture d’une pièce de théâtre avec Pierre Forest pour y jouer sa fille dans la pièce « Raspoutine une invitation à dîner ». Elle lance aussi un projet avec sa compagnie « Les gosses de bonnes familles », dans une œuvre qui s’intitule « Le 31 je ne suis jamais ivre ». Pour finir, elle fera partie  d’une campagne de sensibilisation des violences faites aux femmes pour l’association « En avant toute(s) », accompagnée de l’actrice Assa Sylla.

Lula nous avait prévenus elle aime travailler !

 


 

L’acteur Roberto Calvet et l’imprégnation complexe de ses personnages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.