Ces femmes et ces hommes à suivre

Quand Instagram permet de libérer la parole des femmes

par  | 

En ce 8 mars 2019, alors que le souvenir de la Journée des Femmes de l’an passé reste ancré dans nos esprits, il paraît juste de dire que les langues se sont déliées. Tout particulièrement sur Instagram, un réseau social qui a vu fleurir de nombreux comptes prônant l’acceptation de soi, la sexualité féminine et la lutte contre les violences sexistes.

L’actrice Jameela Jamil. (Capture Instagram @i_weigh / photo @martinschoeller)

Le poids des « kilos en trop »

“I Weigh”, qui signifie « je pèse » en français, est un compte créé par l’actrice britannique de la série « The Good Place », Jameela Jamil. Il correspond à un mouvement qui permettrait aux femmes de « se sentir importantes » et de voir qu’elles sont magnifiques « au-delà de leur chair et de leurs os ». Avec plus de 400 000 abonné(e)s, il réunit une communauté positive cherchant à mettre en valeur tous les aspects d’une personne. Les utilisatrices, tout comme les utilisateurs d’Instagram, envoient une photographie avec des inscriptions telles que « passionnée de musique », « chercheuse de bien-être », « croyante », « propriétaire d’un chien », « imparfaite »…

View this post on Instagram

#iweigh 🌈

A post shared by I Weigh (@i_weigh) on

Il s’agit également de répandre un sentiment de solidarité et de mener des combats contre les aliments “coupe-faim” notamment.

Le plaisir des femmes perçu comme une véritable jouissance

La journaliste française Dora Moutot a lancé « T’as joui ? » l’été dernier. Pour elle, l’orgasme féminin est une question de communication et d’information. Voilà pourquoi elle partage les témoignages de femmes et d’hommes portant sur leur rapport à la sexualité et la question de l’égalité face au plaisir. Elle entend ainsi libérer la parole. Depuis l’ouverture de ce compte, cette liberté s’est étendue et a permis d’instiguer un débat en France, où ces thèmes restent encore tabous.

View this post on Instagram

✔️Une illustration de @sheina.illustration ✔️ Masturbons nous! Sans honte. Avec bienveillance et curiosité pour nos propres corps. Ayons la curiosité de nous même. Explorez vous, soyez votre propre terrain de jeu. ✔️N’attendez pas que quelqu’un d’autre vous mène au plaisir. Vous avez ce pouvoir de vous emmener vous même au 7ème ciel! ✔️Émancipez vous des croyances néfastes autour de la masturbation. Oui les filles se masturbent! Non ce n’est pas une activité que masculine. Il n y a pas une façon de se masturber, mais des multitudes. Frottement sur un coussin, doigt sur le clito, sur la culotte, sous la culotte, certaines tournent autour, d’autres dessus, avec plus ou moins de pression, certaines ont besoin d’avoir les jambes pliées, d’autres écartées ou tendues, sur le ventre, sur le dos, utilisation d’un gode, d’un vibro, du jet du pommeau de douche etc…Chacune de nous a SA technique. ✔️ En vous connaissant bien vous même, il sera bien plus facile d’orienter votre partenaire vers votre plaisir! Si vous vous sentez assez à l’aise, vous pouvez lui demander de vous regarder en train de vous masturber. On apprends parfois très bien en regardant…✔️ Et ce n’est pas parce que vous couchez avec quelqu’un, que vous devez arrêter de vous masturber! Ça n’a rien à voir, c’est votre espace de recherche à vous et personne ne peut vous demander de le supprimer !

A post shared by T’as joui? (@tasjoui) on

Cette année, elle a rejoint les instagrameuses des comptes « Clit Revolution », « Point de vulve », « She’s Angry », « La Prédiction », « Je m’en bats le clito », « Gang du clito » afin de mener « la révolution du clitoris ». Elles proposent de se mobiliser ce 8 mars et de placarder des affiches représentant cet organe pour « révéler au grand jour sa véritable anatomie ».

View this post on Instagram

🔊 English Sharing is advocating! Our goal: plaster our streets with clitoris. #8March Download your posters All posters can be downloaded for free. You can you put them up in the street, at your school or at your workplace. You can also share the campaign visuals on social media for the International Women’s Day on March 8. One quarter of all 15-year-old girls do not know they have a clitoris, and 83% are not aware that its only function is erogenous. In 2019, only one in eight biology textbooks correctly depicts the clitoris. *According to the 2016 report on sexual education by the High Council for Equality in France. 🔊 Spanish Compartir es abogar! Nuestro objetivo: cubrir nuestras calles con clítoris. # 8Marco Descarga tus carteles Todos los carteles se pueden descargar de forma gratuita. Puedes ponerlos en la calle, en tu escuela o en tu lugar de trabajo. También puede compartir las imágenes de la campaña en las redes sociales para el Día Internacional de la Mujer el 8 de marzo. Una cuarta parte de todas las niñas de 15 años no saben que tienen un clítoris, y el 83% no sabe que su única función es erógena. En 2019, solo uno de cada ocho libros de texto de biología representa correctamente el clítoris. * Según el informe de 2016 sobre educación sexual del Consejo Superior para la Igualdad en Francia. #clitoris #itsnotabretzel #8march

A post shared by Itsnotabretzel (@itsnotabretzel) on

Savez-vous que le clitoris possède 8000 terminaisons nerveuses ?

« Faiministe » ou l’appétit du féminisme

« Tu subis des violences sexistes au quotidien. Un jour tu te rends compte que toutes les femmes que tu connais en subissent. Et tu décides d’agir ». C’est la description du compte « Faiministe », dont le nom est composé du mot « féministe » et du patronyme de sa fondatrice, la youtubeuse A.I.M. Là aussi, il s’agit de mettre en avant les témoignages de jeunes femmes concernant des propos ou des agressions dont elles ont été la cible. L’objectif principal est d’agir face à la banalisation du sexisme que subit la gente féminine.

View this post on Instagram

Premier message reçu sur @faiministe

A post shared by faiministe (@faiministe) on

Elle y partage également des photographies inspirantes et inclusives. Sur Youtube, elle aborde une multitude de sujets : les culottes de règles, les complexes, les soutiens-gorges, la pilosité…

Et si on assumait qui on est ?

« J’assume qui je suis » prône l’acceptation de soi, tant pour les femmes que pour les hommes (et même bien au-delà de la vision « cisgenre » et « cissexuel »). C’est un compte pour « s’aimer tel/telle que l’on est » et « partager sa particularité, sa force ». Les abonné(e)s y déposent des petits messages emplis d’honnêteté et d’amour. En voici quelques exemples :


 

Ces femmes ont marqué PressEyes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.